Face à l’absence de réponses quant à mes questionnements au sujet de ces livres il m’avait fallu – pour contenter ma curiosité – en créer, imaginer et broder toute une histoire ; quand la vérité manque, on peut toujours se raconter des histoires. Et celle que j’avais imaginé m’avait été inspirée par les récits que m’avaient fait ma grand-mère – maternelle cette fois-ci – de l’indépendance algérienne. Les colons partis, les ex-colonisé·es entraient alors en possessions des maisons et des appartements laissés vacants, un chez soi clé en main, enfin pas vraiment clé en main, juste un chez soi après avoir défoncé la porte, parfois même pas besoin de défoncé la porte, les anciens occupants ayant oublié dans leur précipitation de la verrouiller… suffisait alors de la pousser et on était chez soi.

J’imagine alors que mon grand-père, poussé par je-ne-sais quelle raison, avait ouvert (ou défoncé) la porte de cet appartement où je naîtrai bien des années plus tard, peut-être avait-il été poussé par le hasard de la raison, à se retrouver ainsi avec un tout nouveau chez lui parsemé de livres et, dans ce respect fébrile que l’on peut avoir pour les livres, il n’a jamais osé s’en débarrasser, il les a gardé, peut-être a-t-il seulement changé quelques meubles, mes parents poussés par ce même respect les avait gardés ces livres et nous, leurs enfants, aurions grandi parmi eux…

Longtemps je m’étais raconté cette fable qui ne tient décidément pas debout pour plusieurs raisons, le bâtiment dans lequel nous vivions avait été construit après l’indépendance et ces livres que j’évoque portaient une date d’impression trop récente pour que tout ça tienne debout.

Quand on en arrive au point où l’on veut pallier la vérité, il faut que ça reste vraisemblable, tout de même.

Alors d’où venaient donc ces livres, de simples hasards ? si nombreux ?

Si vous croyez deviner l’influence d’un proche ou d’un membre de la famille, voici votre chemin.

Si enfin vous pensez que tout cela est plus simple qu’il n’y paraît et qu’ils ont tout simplement été acheté par mes parents, vous n’avez qu’à cliquer ici.

Posted by:Ahmed Slama

Ahmed Slama est écrivain (Remembrances, 2017 ; Orance, 2018) et développe une activité de critique offensive, par des textes et des vidéos, qu'il diffuse principalement sur le site litteralutte.com. A publié, entre autres, Marche-Fontière aux éditions Les presses du réel, collection Al Dante, à commander pour soutenir l'auteur, sa chaîne et le site Littéralutte. À lire la revue de presse de Marche-Frontière.

Laisser un commentaire