Journal

Accueil > Le quotidien : > En PLS

En PLS

vendredi 12 mars 2021, par Ahmed Slama

À écouter :

Sur l’écran, ça mord pas. J’ai beau pianoter, non, ça passe pas. Y a des jours comme ça où pas l’énergie, rien, pas l’activité nécessaire pour faire quoi que ce soit. Pas de livre qui accroche les doigts. Vite on le comprend, ça n’ira pas. Fenêtre, enfin mes fenêtres, y en a trois dans la pièce d’où je vous écris. Ça donne sur la rue. Pas de vis-à-vis, juste un carré de verdure que coupe un p’tit chemin en deux triangles. Pas vifs, ça résonne sur les trottoirs, des voix aussi. Y en a de la buée, en bas. Respiration et cigarettes – électroniques ou pas. Le masque rivé au menton que beaucoup relèvent à mesure que la rue se remplit ou juste avant d’entrer dans l’un des rares commerces ouverts à cette heure - des boulangeries, ou encore à l’approche de l’une des bouches de métro à l’entour, on a plaqué la bande rigide du masque contre la racine du nez.

Lumières des lampadaires se dissipent ; la bande rosâtre pointe à l’horizon. Passage de témoin. On y est vraiment, le matin. Départ, ni sa journée, ni son temps ne seront plus à soi. Ça a commencé le rituel, le sacrifice quotidien. Céder sa force de travail, on va pas se mentir, c’est donné au vu des salaires… se donner soi, son corps ou son savoir-faire, parce que là, quand on fait derrière son clavier ou en manipulant le transpalette, on fait pas ce qu’on voudrait ni comme on le voudrait, ni pour soi et encore moins pour le commun. C’est pour un ordre, bien établi, à l’école comme au rayon de supermarché, on encadre, on veille à ce que tout se passe bien. À ce que le mec ou la femme qu’a pas un rond puisse pas bouffer ou qu’ielle se rabatte sur le premier prix, le toxique et le nocif qui vous fait crever à p’tit feu ; en classe, avec les gamin·es on fait ce qu’on peut, de la prestidigitation quand même, regardez ! Vous avez là deux gamin·es, l’un·e au parcours cabossé, l’autre comme il faudrait que toutes et tous vivent, et hop, je vous échange ça, d’un tournemain, en notes, 18 l’un·e et 7 l’autre. Blanchiment des inégalités sociales. Il ou elle va longtemps le traîner, ce 7, et ça sera pas un chiffre porte bonheur.

À ma fenêtre, je devrais dire mes fenêtres, ça s’active, monte-charge et claquements du transpalette ; quatre mecs en gilets-jaunes. Vite disparus, passés sûrement à la prochaine livraison. Et les commerces gobant leur lot – quotidien – de palettes filmées et plastifiées. Il s’agira désormais de les digérer, dans l’arrière boutique, combler les trous des murs à marchandises, réagencer les rayons pour que celles et ceux – et bien d’autres – qu’on a vu partir ce matin puissent, à leur retour – c’est-à-dire dans une dizaine d’heures, maintenant –, dépenser les miettes qui leur auront été cédées en échange de leur sacrifice journalier, tandis que les lampadaires, prévoyant l’ombre prochaine, s’illumineront, on les verra refluer avec leurs sacs bourrés, eux aussi le sont, pas forcément ou plus forcément l’alcool, l’enivrement de la libération, enivré·es parce qu’on veut oublier que ça reprendra dès le lendemain. Ou alors content·es, pourquoi pas, on a adhéré aux discours, « travail » et « valeur » on connaît la musique, on a été utile pour que tout continue pareil, ou parce qu’on est valorisé·e socialement, on peut dire qu’on fait tel ou tel « travail » qu’on est ce travail, pour pas crever, et tenir la distance, ielles ont pas trouvé mieux que de s’y fondre, se confondre avec.

Et sinon, moi ? En PLS


Soutenez l’auteur (et le site) en achetant Marche-Frontière disponible dans toutes les bonnes libraires ou directement sur le site des éditions publie.net

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?