Journal

Accueil > Le quotidien : > Arabo-gauchiste

Arabo-gauchiste

mardi 9 mars 2021, par Ahmed Slama

À écouter :

00:00 / 4:36

Y a pas à dire, j’ai mal choisi mon jour.

Dans le fond, le gouffre de l’écrit. Pas énorme l’activité. Là, sur les touches du clavier, ça vient pas. Ça mord pas. Je tapote, je barbote. Les phrases à l’écran, elles accrochent rien. Je coule. Je compense, je fume, des naseaux et du tabac. Ça vient pas, alors je lis pour compenser. Des bouquins qu’on m’a envoyé, d’autres que j’ai acheté. Y a une bonne pile. Une bonne trentaine de livres, à feuilleter, lire, parcourir. Ça colle pas. C’est sûrement moi, j’ai pas trouvé l’angle d’attaque. Pas le goût, pas de goût, anosmie littéraire – symptôme covidien ?

On est mercredi, ça c’est dans l’écrit, parce que (pas besoin de me le rappeler) on est lundi, enfin pour vous qui me lisez c’est mardi.

Avant, quand ça n’allais pas, je sortais ; terrasse et café. De l’air et la pièce de deux euros mise sur la table, ça m’obligeait à faire. Question de valeur, de la valeur, c’est qu’ayant payé, inséré une pièce dans la machine – en quelques sortes – bah j’voulais pas la gâcher ma pièce, je m’y mettais alors, à écrire. Pression capitaliste. Sur la terrasse du café, j’étais mon propre patron. Investissant sur ma propre force de travail et en tirant une survaleur. Puisque j’avais misé, j’avais dépensé, mon « moi » se devait de produire quelque chose. Incorporé qu’il est, le capitalisme, en nous, même dans notre relation avec nous-même.

Vu que ça marchait pas. Dans ma case, là, avec le blanc de la page, rien, ça tambourinait pas terrible sur le clavier, et puis pas de page qui (re)tienne mes mains et accroche mes doigts. Sortir, de l’air, s’aérer. Un parc, pas loin de chez moi, un grand avec ça, fiché sur la frontière Bagnolet-Montreuil. De la lecture, du neuf et du vieux. De l’essai et de la fiction, de la poésie et de la narration, de l’arabe et du français. Recréer, un après-midi, la terrasse et le café. Un banc et une table. Thermos de café et une bière dans le sac, au cas où – ; livres et clavier.

Pourquoi qu’elle s’est manifestée mercredi, cette idée. Que ça m’est tombé dessus ce jour précis de la semaine ? Des gamin·es de partout. Ça gueule et ça jacte de partout.

Là, sur la table du parc, pas comme au café, pas le même rapport, à y voir comme ça à froid, ça peut paraître identique, du café et le clavier, des livres et l’écran, mais c’est le rapport qui change, ici, assis sans contrepartie, j’ai rien dépensé pour me mettre ici, quelques pas rien de plus, pour que mon « moi » patronal tire quelque chose de mon « moi » exploité il aurait fallu miser plus. L’investissement sur ma [force de travail est quasi-nul, alors qu’il y est production ou pas ; Ça importe peu.

Le vent, ce vent qui vient de l’Est qui tape et coince les pages. Pas possible à tourner. Toutes fines les pages du Capital. Pas possible, avec le bruit aussi. Je passe à aut’chose. À un aut’ sens de lecture. De la droite à la gauche. Ça contre bien le vent. À l’aise, à mon aise. Je les tourne, facile, les pages. J’avance pas mal ces derniers temps dans الأيام [1]. Là aussi, dans le parc. Ça fonctionne une heure, puis deux. Puis y a ce groupe, ils sept ou huit. Ça se pose à côté de moi. Ça papote, du futile, du ridicule. Le crédit sur je sais plus combien de temps de la baraque et le comment et le pourquoi de tel placement et la meilleure assurance à prendre. Des clichés sur pattes. Adultes entré·es dans la vie dite active ; mort en barre. Y en a un qui passe derrière moi, même pas vu, se rassoit avec la bande.

- Ça lit en arabe à côté, qu’il dit.

Je moufte pas de mes pages. Lire dans une langue étrangère, dénuées de caractères latins qui plus est, y a toujours cette représentation – chez beaucoup – qu’on est pas francophone. Qu’on le comprend pas le français. Position étrange que je subis depuis quelques temps. Depuis que je m’y suis (re)mis à l’arabe. Bref, ça bave sur moi, sur le livre en arabe. Ça s’interroge sur la bière que je lape entre deux pages, comme si la langue lue ne correspondait pas à la boisson consommée.

Une fois les gamin·es parti·es, ça se passe mieux le parc. Mais il y a eux, ces miteux, leurs conversations ineptes, leurs éclats de rire de concert.

Entre-temps, j’ai troqué les pages en arabe contre celles de Marx. Ça chuchote de leur côté. Alors, quoi ? Ça fuse, bien sûr, dans un sourire discret, comme si de rien, là, dans un parc, à lisière de Montreuil et de Bagnolet, je l’entends, cette expression, ce mot valise qu’on se disait — je m’en rappelle — entre nous pour se marrer, pour déconner, entre initié·¢s. Je l’entends : islamo-gauchiste. De la langue arabe et Marx, ça a suffi.


Soutenez l’auteur (et le site) en achetant Marche-Frontière disponible dans toutes les bonnes libraires ou directement sur le site des éditions publie.net


[1Les jours de طه حسين [Taha Hussein]

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?