Journal

Accueil > Le quotidien : > Le flux, le flux et rien que le flux

Le flux, le flux et rien que le flux

lundi 8 mars 2021, par Ahmed Slama

À écouter :

Rupture. Scission. Mutation. Un désir, un devenir, désir en devenir. Retour. Revenir vers du nerveux du hachuré, du syncopé. Fini le déploiement – pour combien de temps ? –, cet écrit qui prend du temps, son temps, et pend sur la page, non, du sec et du direct. Directif avec ça, qui va, droit. Longtemps avant, c’était l’idée. Y a eu comme qui dirait bifurcation, c’est allé vers d’aut’ voi(x)es qui collaient pas, collent pas au ton du temps, de l’époque. Le vite-lu-vite-écrit lancé. Pas nouveau tout ça, pas mal de siècles que ça s’est goupillé, quand l’écrit et l’écriture sont devenus marchandise et travail ; le capitalisme quoi ! Même Sainte-Beuve, l’abruti, avait à peu près compris ça [1], à sa mal-façon bien sûr. Du flux, du flux, balancer du flux, vite et fort. Aujourd’hui, plus encore qu’avant. Est-ce qu’on pourrait faire ça ? Sans pour autant rogner sur la pratique, sa pratique. Du vif et de l’efficace. Un autre déploiement est-il possible ? Sans tournures. Du dense et du tonique. Tendre le fil du déploiement, on alors appellerait ça de l’extension !

Littérature et capitalisme. Écriture et marché. Répondre aux exigences du marché – c’est bien comme ça qu’on dit ? Le marché c’est aussi – surtout ? – twitter et facebook et tous les réseaux. Des frontières, ça a toujours été la question, la frontière. Frontière vers l’Autre. Les autres. Faut la grimper, la contourner la frontière des réseaux. Adopter leur mécanique, se couler dans et par leur manières avec le risque de s’y perdre. Broyé par leurs rouages. Et puis une fois la démarche commencée, je m’en lasse vite, ça m’ennuie. Jamais tenu la distance, les distances. Les réseaux, nouvel handicap social pour celles, ceux qui maîtrisent pas. Validisme des réseaux. Ça existe, il y a des codes à apprendre, à respecter, ou alors – plus facile – on peut se les payer, les codes, un CM – Community manager – qui (vous) fait le sale boulot. Pas de changement, au fond. Ça remue, juste. Des nuances, par touches, successives. On les voit pas les mutations. Elles arrivent pourtant. Du nouveau porté par du pas neuf. Du pas neuf glissé dans du nouveau. Le handicap social, ça a toujours existé ; il s’est juste déporté vers d’autres supports.

Ça juge en termes de flux, du flux, du flux et encore du flux, rien d’autres que le flux, faut que ça bombarde – vite et fort – de la durée ET de l’intensité, pour la seconde, dans mon cas, ça peut le faire ; pour la durée… je dure pas moi, j’ai des absences, des périodes comme ça où je disparais, une semaine ou deux parfois quelques mois, le trou d’air annuel de deux ou trois mois ; pas bon ça ! C’est de l’ennui tout ça, tout m’ennuie, et trop vite, dès que le rythme est posé, le chemin balisé, qu’on a plus qu’à rouler, comme si le plus difficile avait été fait, bah non, le plus difficile, pour moi, c’est ce qui suit… alors pourquoi – une idée comme ça – pour pallier à l’ennui, au ronron qui s’établit varier, aller du côté de la variation, continuer la recherche, ma recherche avec de la langue relâchée, comme ça. On va essayer, voir ce que ça donne, si – entre temps – ça me lasse pas.

Photographie : Chloé Latouche


Soutenez l’auteur (et le site) en achetant Marche-Frontière disponible dans toutes les bonnes libraires ou directement sur le site des éditions publie.net


[1« Aujourd’hui, par suite de l’immense travail que l’écrivain s’impose et que la société lui impose à courte échéance, par suite de la nécessité où il est de frapper vite et fort, il n’a pas le temps d’être si platonique ni si délicat. La personne de l’écrivain, son organisation tout entière s’engage et s’accuse elle-même jusque dans ses œuvres ; il ne les écrit pas seulement avec sa pure pensée, mais avec son sang et ses muscles. La physiologie et l’hygiène d’un écrivain sont devenues un des chapitres indispensables dans l’analyse qu’on fait de son talent. »

Charles-Augustin Sainte-Beuve, Les causeries du lundi t.2, Garnier, Paris, [1850] 18**, url : https://fr.wikisource.org/wiki/Page:Sainte-Beuve_-_Causeries_du_lundi,_II,_5e_%C3%A9d.djvu/458

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?